Marvejols-Mende…

La course de Légende !

Pionniers Marvejols Mende

Dès 69, Jean-Claude Moulin a été un des précurseurs, un de ceux qui ont conduit la montée irrésistible de la Course sur Route en France. En 1968 avec son copain Begnatborde et les frères Boudet il crée « les Courses de Café » et « le Tour de Mende » ouvert à tous et à toutes, en invitant les coureurs du coin.

« Le 25 Décembre72 » Les quatre gais lurons se retrouvent sur l’Esplanade de Marvejols pour rallier Mende . Dans un quasi anonymat, ayant digéré la Côte de Goudard, la descente caillouteuse de Valcroze, les lacets de Chabrits, et… la dinde de Noël. »

Le parcours était trouvé, la course rêvée allait avoir lieu sur les routes pittoresques de Lozère. JC Moulin et sa bande de copains se décidèrent :le Semi-Marathon « Marvejols-Mende » voyait le jour.

Il aura lieu l’été : ce sera une course très chaleureuse acceptant tous les amoureux de la course à pied.

Fallait-il encore l’organiser et surtout passer outre bien des règlements qui ne prévoyaient pas l’existence de ces courses : courses qui dérangeaient, courses qui quittaient le stade, courses qui se rapprochaient de la population…

Pour la 1ère fois en France : une épreuve était ouverte aux non-licenciés et aux féminines (ce qui n’était pas le cas des quelques épreuves existantes à l’époque, comme Sedan-Charleville entre autres).

A cette époque, et jusqu’en 1980, les féminines n’avaient pas le droit de courir sur une distance de plus de 5km maximum, en cross country.

Dès la première édition du Marvejols-Mende également, on créait les catégories de vétérans de 10ans en 10 ans, avec remise des prix, ce qui était aussi une première. Cette édition fut une réussite pour plusieurs raisons que précise Jean-Claude MOULIN : « Nous organisions déjà des épreuves de course à pied, sur des distances plus modestes, depuis 1969, sur Mende. Nous avions en quelque sorte rodé et résolu quelques problèmes . Et puis, nous avions associé, dès 1969, la notion de fête après course et avant course, concrètement, par des repas festifs et des soirées dansantes. »

Quelques uns des meilleurs coureurs Français de l’époque avaient répondu présent pour les toutes premières éditions (Murat, Margerit, Fayolle, Moissonnier, Caraby, Alcalde, Kheddar, Bobes, Liardet), ainsi que toutes les Françaises qui couraient à cette époque : Denise Seigneuric, Dominique Remeize, Chantal Langlacé, Jocelyne Villeton, Viviane Murat, Joëlle Audibert, Fabienne Curiace…Quelques excellents coureurs étrangers faisaient aussi leur apparition, essentiellement grâce à la revue Spiridon.

…la Fédération en prit ombrage, si bien que Jean-Claude MOULIN fût suspendu un an, puis on tenta de le radier à vie de la FFA…pour être contrevenu aux règlements fédéraux (essentiellement pour avoir fait courir des féminines et des non-licenciés).

Ces péripéties, de 1973 à 1979, augmentèrent la promotion de la course qui devint le symbole de la lutte contre le conservatisme et l’obscurantisme dans ce sport.

En 1979, le Ministère de la Jeunesse et Sports, créa une commission ministérielle qui imposera à la FFA la prise en compte des courses sur route. Elle appellera bien sûr, Jean-Claude MOULIN, pour constituer cette commission qui deviendra la CNCHS et obligera la FFA à modifier ses règlements.

Départ marvejols mende 73Le 22 Juillet 73 : Le Départ est donné sous un soleil éclatant, 153 passionnés allaient contribuer à la construction d’un véritable mythe. René Murat ( 1h21 ) et Seigneuric Denise (2h07) furent les premiers vainqueurs. L’épreuve fut organisée sans autorisation.

Après cette 1ère tentative dont l’inscription et le repas qui suivaient étaient totalement gratuits, l’organisation allait se remettre en question chaque année pour améliorer le moindre détail. Son « Aura » dans le monde de la course à pied s’amplifia, et de nombreux « futurs-organisateurs » venaient en stage à Mende pendant l’été pour lancer ensuite chez eux leur course selon le modèle « Marvejols-Mende » : Marseille-Cassis, Paris-Versailles, etc…

D’année en année l’organisation se retrouve avec une participation record.

historique-murat

Passage du 1er vainqueur : René MURAT devant JC MOULIN qui assure le pointage à mi-parcours

En 1978 l’Ecossais Jim Mouat gagne et c’est ainsi que débute la renommée Internationale du Marvejols Mende.

Dominique Chauvelier deviendra le recordman des victoires (Cinq Victoires).

Le record sera régulièrement battu. Luka KANDA (Kenya) le détient actuellement en un temps de  1h10’09 » établit lors de la 39ème édition, en 2011.

Chez les féminines, c’est Hafida GADI( ACO Firminy) qui a réalisé la meilleure performance à ce jour, avec un temps de 1h21’48 », effectuée en 2004 lors de la 32ème édition.

Cette épreuve fait partie des courses françaises reconnues au calendrier international.

Les plus grands coureurs mondiaux sont présents à chaque épreuve au côté des populaires et des anonymes. Ils y viennent pour la course, mais surtout pour l’esprit qui l’anime.

Chaque année encore, les de fans du macadam se donnent rendez-vous pour franchir la nouvelle année en courant La Ronde Hivernale le dernier week-end de l’année, mémoire de la naissance de cette épreuve atypique …

 historique-chauveliDécouvrez l’évolution du Marvejols-Mende, au fil des ans :
téléchargez le document complet au format PDF.